Pourquoi vous devez essayer le Gwent

Pour la petite histoire le Gwent est issu d’un mini jeu présent dans le jeu de rôle The Witcher 3. Sa grande popularité chez les joueurs a poussé CD Projekt à l’extraire et l’améliorer pour en faire un jeu à part entière.

Alors pourquoi y jouer, pourquoi céder à cette tentation quasi lubrique alors que vous farmez comme un cochon votre compte Hearthstone depuis 3 ans, et que l’idée même d’abandonner vos habitudes et votre deck provoque chez vous une forte tension psychologique.

Parce que :

  • C’est gratuit.
  • Le tirage est dans sa grande majorité fait dés la première manche. Implique d’avoir un deck équilibré, sans trop de cartes (choix laissé au joueur entre 25 et 40) pour ne pas avoir un premier tirage trop aléatoire.
  • Jeu en 3 manches, le joueur les gagne aux nombres de points, avec égalité possible, à chaque fin de manche toutes les cartes sont retirées (hors rare exceptions). Implique de savoir perdre (ou bluffé) une manche pour mieux gagner les suivantes.
  • Le plateau de chaque joueur est divisé en 3 parties, avec une majorité de cartes spécifique à chacune d’entre elles. Implique des bonus ou malus appliqués par parties.
  • Chaque faction a une majorité de cartes spécifiques. Avec la particularité d’avoir plusieurs héros, déblocables, qui peuvent être changer et ainsi avoir des capacités différentes.
  • On peut crafter ses cartes, les acheter avec de l’argent réel, ou la monnaie du jeu. Cette dernière d’ailleurs tombe “assez rapidement” par rapport à Hearthstone.
  • Les partie sont courtes, de 5 min à 10-15 min.
  • L’univers de The Witcher est adulte, et la direction artistique s’en ressent.

Bref le cœur du gameplay n’est pas une loterie de cartes, mais bien un mélange de stratégie, et d’anticipation. Le joueur dispose d’une grande liberté et le système de manche encourage la vilénie.

Vous l’aurez compris, j’ai lâché Hearthstone pour le Gwent, c’est plutôt très bien, et je vous invite à l’essayer (ici). Pour en rajouter un couche dessous une vidéo de BELHO qui décrit en détail la chose.

CODEX – L’élégante profondeur déterministe du Gwent

 

Note :

  • J’ai essayé de l’installer sous GNU/Linux avec Wine, sans succés.
  • GOG Galaxy est obligatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera jamais publiée, ou utilisée à des fins commerciales. Les champs obligatoires sont indiqués avec des *.

Vous pouvez utiliser les balises de mise en forme