L’arbre qui cache la forêt

N’y a-t-il rien qui vous dérange dans cette image ? Est-ce si évident ?

“Thicket” (2015)

Suzanne Moxhay aime créer des paradoxes. Pas seulement d’échelle, mais aussi des paradoxes de lumière, de perspectives, de mouvement. Elle crée de l’ambiguïté entre l’extérieur et l’intérieur et entre la photographie et la peinture.

“Arc” (2016)

Elle le fait en réalisant des photomontages complexes qui combinent plusieurs techniques: photo, peinture, modélisme et manipulation numérique.

“Antichambre” (2014)

Sa technique s’apparente à celle du Matte painting, employé depuis le début du 20 ème siècle au cinéma comme dans King Kong ou plus récemment dans Star Wars pour faciliter l’intégration de décors fantastiques ou à coût pharaoniques.

“Eventide” (2012)

Suzanne intègre des images d’archives qu’elle recueille un peu partout, des photos qu’elle prend elle même, tout ceci assemblés sur des panneaux de verre ce qui donne l’illusion d’une image cohérente, ou presque…

“Feralis” (2011)

Suzanne Moxhay vit et travail à Londres, vous trouverez plus d’image sur son site ici, ou encore une interview .

Toutes les images © Suzanne Moxhay

4 Commentaires

  1. loo Maitre de guerre
    283 messages

    Toujours un plaisir de vous lire et on dirait que vous la connaissez personellement . Je me trompe ?

      Répondre

  2. Nath Graphistologue
    188 messages

    loo :
    Toujours un plaisir de vous lire et on dirait que vous la connaissez personellement . Je me trompe ?

    Merci, heureuse que cela vous plaise. Et oui, car je n’ai pas la chance de la connaître personnellement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera jamais publiée, ou utilisée à des fins commerciales. Les champs obligatoires sont indiqués avec des *.

Vous pouvez utiliser les balises de mise en forme