La Critik #7 : Metro Manila

Metro Manila, policier/drame, film anglais de Sean Ellis (réalisation et scénario) avec Jake Macapagal, Althea Vega et John Arcilla, musique de Robin Foster, sortie en 2013.

Oscar Ramirez et sa femme Mai sont des paysans philippins franchement dans la merde, ils décident donc de partir pour Manille afin de trouver du travaille pour nourrir leurs deux gosses. Et il en trouveront, elle dans un bar à hôtesses minable, lui à la Brinks locale où il rencontre Ong un futur collègue encombrant.

111

La descente aux enfers et l’illusion de résurrection est épaulée par une photo classe et oppressante. Manille y est montrée comme un piège, un monstre qui désincarne ses habitants; puis avec lenteur et force, Sean Ellis remplace la ville par le fourgon blindé, le bar, des appartements minuscules, l’univers des personnages est étouffant et le cadrage nous y pousse. La musique de Robin Foster renforce le tout, elle fait partie de ces scores qui n’envahissent pas le film mais l’accompagnent.

222

La mise en scène n’est pas en reste, les acteurs sont d’efficaces inconnus. Ce choix (sans doute budgétaire) est de bon ton, il renforce le lien avec ceux-ci, se mettre à la place d’un quidam est plus aisé pour le spectateur.

Metro Manila n’est pas exempt de défaut, au premier rang on retrouve le gros stéréotype de la lutte des classes avec un paysan gentil, un peut trop gentil, beaucoup trop gentil qui se voit obliger de partir en ville pour nourrir sa famille. On peut aussi considérer que la relation mentor/apprenti d’Oscar et Ong a de très grandes similitudes avec Training Day, sans jamais égaler ce dernier. Et enfin quelques longueurs pèsent sur la narration, mais heureusement la fin efficace et brutal les fait vite oublier.

Mais dans l’ensemble j’ai aimé Metro Manila, et si on considère qu’il a été tourné avec un budget ridicule, ça relève même de la prouesse. D’ailleurs pour l’anecdote pognon, avant de trouver les fond pour son film, Sean Ellis avait demandé à Ridley Scott d’intégrer le budget de Metro Manila à celui de Promotheus le faisant passer pour des frais de maquillage.

Comme Clairotte est par monts et par vaux, je reprend la rubrique critique cinéma. Si l’un/e d’entre vous souhaite y participer en postant ses propres critiques, direction le formulaire de contact pour en discuter avec votre serviteur.
Metro Manila – Bande annonce

5 Commentaires

  1. Manu Pierre Tchernia of the space
    198 messages

    Bon, eh bien d’accord, je le mets dans ma liste de truc a voir.
    Merci.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera jamais publiée, ou utilisée à des fins commerciales. Les champs obligatoires sont indiqués avec des *.

Vous pouvez utiliser les balises de mise en forme