Dex, l’aplat Cyberpunk

Dex est un RPG en 2D (Side-Scrolling) par DREADLOCKS, boîte de développement de République Tchèque. Dex a fait l’objet d’un kickstarter à hauteur de 30.647£, l’ambition des développeurs était de créer un titre riche dans un univers cyberpunk inspirer de l’oeuvre de William Gibson, en gros un mélange avec beaucoup de Ghost in the Shell et une pincée de Deus EX et Blade Runner. Cette chose fait-elle vraiment rêver? Retrouveras-tu du travail? Ton plug? et de l’argent? La réponse dans ce test.

DEX-5

 

“Vous êtes dans le désert, une tortue est sur le dos pourquoi ne l’aidez vous pas ?”

On incarne Dex, une femme, avatar d’une IA qui répond au nom de “Kether”. Une nuit, celle-ci est appelée par un hacker lui intimant l’ordre de partir de son appartement, alors que la police arrive. On nous amène vite à combattre un conglomérat nommé “The Complex”, le tout sur fond de messie cybernétique. Les différents dialogues sont aussi de qualités, bref le scénario et l’univers sont cohérents et prenants, pour un peu que l’on comprenne l’anglais.

DEX-2

 

“La mémoire ne peut être définie, mais elle définie l’humanité”

En plus de distribuer les points à chaque monter de niveaux et à l’instar de l’agent JC Denton dans Deus Ex,  il nous faut augmenter notre héroïne avec des implants corporels, et ce de bonne manière pour aborder les phases actions et autre intrusion cybernétique sans encombre. En effet les combats de Dex ne ressemblent pas à une belle ballade familiale du dimanche après midi, mais plus à des affrontements virils contre des ennemis modifiés sans humour, la résolution de ceux-ci ce fera grâce aux armes à distances et souvent aux corps à corps, en effet les armes sont puissantes mais demandent de rester immobile pour être utiliser. La maniabilité est raide, l’ensemble décompose trop les enchaînements, cependant cette critique ne s’applique pas aux phases de hacking, celle-ci se présente comme un jeu de tir, ces moments permettent d’ailleurs de varier le gameplay, ce qui n’est pas un mal.

DEX-4

 

“Je suis une forme de vie spontanée issue d’une mer d’informations…”

Dex ce n’est pas que du bourre pif, c’est un RPG et ses quêtes sont nombreuses et varier. Le jeu ne nous mâche pas le travail, durant nos investigations on court dans tous les quartiers pour interroger, crocheter, hacker… Les dialogues sont rondement menés avec une bonne variété de réponses, politesse, humour noir ou encore menace de mort, d’ailleurs cette éventail est aussi affecter à la résolution des quêtes, qui pourront être terminer de différentes manières (violence, dialogue, vol…). L’écriture flatte admirablement les adorateurs du cyberpunk, tout est question de cybernétique, génétique, lutte des classes et autres confiseries, bref le plaisir est grand, tellement grand que l’on aurai aimer en avoir un peu plus, surtout pour la trame principale, mais on ne peut demander 200 heures d’écriture à un petit studio…

DEX-3

 

“Human beings may not be perfect, but a computer program with language synthesis is hardly the answer to the world’s problems.”

Visuellement réussi, chaque quartier de la ville offre son décor et sa personnalité, le souci du détail y est partout présent, il en va de même pour les personnages et les animations. Par contre mention spéciale pour les menus fonctionnels mais hideux. L’ambiance sonore est de bonne facture et les doubleurs sont convaincants, la musique électronique de Karel Antonin (à la fois compositeur et producteur du jeu) s’intègre parfaitement. A noter que le système de sauvegarde automatique est rébarbatif, puisque il faut changer de quartier pour qu’il s’active, du coup on se tape parfois un bon tas de dialogues/actions avant de mourir et de tout recommencer parce que l’on a pas changer de zone entre temps…

 

Le jeu dispose d’un système de sauvegarde discutable, le gameplay des combats est austère, et il n’a pas de traduction française critiques caduques depuis la sortie de la Enhanced Version (MAJ: 06/10/2015) mais

…Dex est un RPG cyberpunk sans concession, réaliser pour les fans du genre, l’écriture et l’univers sont jouissifs, ainsi DREADLOCKS à aussi réussi le tour de force de faire un jeu de rôle beau et riche en Side-Scrolling.

  • Ça s’achète sur Steam pour windows, linux et osx
  • Matériel test : AMD fx6350, 8GB, Nvidia 760 GTX sous Debian Testing amd64, à noté que la synchro vertical (même désactiver) m’a souvent pollué l’image lors des mouvements de l’héroïne.

2 Commentaires

  1. Meujeuh
    1 messages

    C’est une bonne idée de faire une critique de Dex et de poster le lien sur Steam, car le jeu n’a pas été beaucoup testé sur le Web pour l’instant.

    Mais, dans ce cas, il vaudrait mieux éviter de faire autant de fautes (presque une faute par mot dans certaines phrases !), parce que là ça pique vraiment, vraiment, les yeux. Dommage…

      Répondre

  2. Jocker Papi
    312 messages

    Je fait de mon mieux et j’engage tout le monde à commenter les fautes pour qu’elles soient corriger ;)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera jamais publiée, ou utilisée à des fins commerciales. Les champs obligatoires sont indiqués avec des *.

Vous pouvez utiliser les balises de mise en forme